Sylvain Richard Gérant de l’agence digitale Axenet

Sylvain, parle nous un peu de toi pour les participants du WebCampDay ?

Dans le monde du référencement depuis le début des années 2000, j’ai fondé l’agence digitale Axenet en 2004, plutôt connu dans la sphère SEO notamment pour son blog associé et lu quotidiennement par de nombreux visiteurs et habitués du secteur.

Mon expérience dans le domaine au fil des années m’a montré que le SEO était en perpétuel évolution et les récentes pénalités Panda et Pingouin ont quelques peu redistribuées les cartes dans notre secteur, apportant, de fait, plus de qualité à notre travail mais également demandant toujours plus d’expertise.

Nous sommes actuellement 5 au sein de l’agence et avec l’aide de quelques freelances, nous couvrons l’ensemble des compétences pour assurer la création d’un projet web et pour espérer sa réussite. De l’audit au coaching en passant par de la création et finalement du référencement basé sur le long terme, j’ai appris a instaurer une étroite connivence entre le prestataire et le client qui est primordiale pour assurer la pérennité d’un projet et sa réussite.

Tu viens au WebCampDay cette année pour présenter ton point de vue sur l’évolution de Google et de son algorithme, peut-on avoir un premier avis brut sur le sujet ?

Si je fais le focus sur le métier de référenceur en regard des évolutions de l’algo, je dirais qu’il est réellement devenu un métier ombrelle qui couvre toujours plus de disciplines.

J’ai toujours prôné un fort rapprochement entre le marketing et le SEO. De même avec d’autres fonctions, mais aujourd’hui, je pense qu’un référenceur doit avoir une vue toujours plus globale de son métier.

On se rend bien compte que Google à la volonté de se concentrer sur l’utilisateur (après s’être concentré sur son chiffre d’affaires quand même).
En ce sens, la rapidité d’affichage des sites, leur compatibilité multi devices, le parcours du visiteur et ses interactions sur un site deviennent des signaux qui participent au ranking.

En regard de ces éléments, si le SEO a longtemps été un conseiller en balise et un poseur de liens, il se doit aujourd’hui de mettre son nez partout. Il surveillera et alertera sur les performances techniques, il travaillera en étroite relation avec le marketing pour la production de contenus réellement performants (vision utilisateur), il influencera les tests UX et en tirera surtout des leçons.

Ceci ne doit pas l’empêcher de travailler sur les bases de son métier (optimisation → analyse → optimisation → ) mais s’il oublie d’englober cela dans un contexte plus large, il subira souvent des déconvenues..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *